Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

lundi 14 juillet 2014

YONAGUNI



Lors d’un repérage en 1985 par un tour opérateur en plongée sous marine, Kihachiro Aratake découvritdans les eaux claires de Arakawa Point, à la pointe sud de l’Ile Yonaguni dans les Iles Ryukyu, ce que personne n’a vu depuis des milliers d’années.

En effet, au lieu de rencontrer les habituels coraux, requins marteaux et grottes, il se retrouve en face d’une énorme structure mégalithique qui semble avoir été conçue des mains de l’homme et pourvue d’immenses terrasses interrompues par de très grandes marches angulaires et de très grandes parois lisses. La structure mesure plus de 100 mètres de long et 25 mètres de haut. Il faudra plus ou moins dix ans pour que les médias relatent la découverte.




Un des aspects du monument faisant douter les archéologues sur l’origine humaine est la taille de certaines des marches. Elles apparaissent beaucoup trop grandes pour qu’un homme puisse les utiliser. Cependant Aratake crois qu’elles ne servent pas à cela. Il attire également notre attention sur une tombe de style traditionnelle dans l’un des anciens cimetières de Yonaguni. "Vous voyez ces deux marches de chaque côté de l’entrée. Elles sont très similaires à ce que l’on a vu sur la structure. Elles ne sont pas utilisées comme des escaliers mais toutes les tombes à Yonaguni en ont. J’ai directement vu la ressemblance, nous dit Aratake. Elles ont peut être une signification perdue mais qui peut être rattachée au monument immergé." Jacques Mayol quant à lui a visité plusieurs structures sous marines autour du monde et élimine la théorie selon laquelle le monument est un phénomène naturel. Quand on lui demande si il croit qu’il peut y avoir un lien avec le site sous marin qu’il a étudié dans les îles Canaries et à Bimini, ses yeux se remplissent d’enthousiasme.”Il y avait une race d’hommes appelés Cro-Magnon. Certains des ossements ont été retrouvés dans les îles Canaries, où ils sont connus localement comme les Guanches. La taille moyenne de ces humains était de 2 mètres. Ils avaient des cheveux blonds et des yeux bleus, et étaient très artistiques. La théorie est qu’il viendrait peut être d’un continent perdu, sans doute l’Atlantide ” explique Mayol. Les premières études sérieuses débutèrent en 1996 avec le professeur Masaaki Kimura de l’Université de Ryukyu qui créé l’UAET (Equipe d’Exploration d’Archéologie Sous- marine). Le professeur Masaaki Kimura, professeur de géologie, a déclaré lors d’une interview en septembre 1999 que l’on pouvait clairement voir qu’elles étaient des constructions faites par l’homme. Elles avaient des rues, des escaliers à angles droits avec des trous ronds dans le rocher qui semblaient prévus pour l’insertion de piliers de pierre.




Sous la mer au sud-est des Iles Shihuan et dans les régions aux alentours, bien d’autres ruines furent découvertes. La découverte de la statue de tête humaine et des hiéroglyphes est particulièrement convaincante. A l’université de Ryukus, le Pr. Kimura nous explique les cinq points qui le laisse croire que ce monument est en partie fait par les mains de l’homme :« Le premier ce sont ses formes générales. Cela ressemble en effet à un château fort ou à une pyramide.

Le second est qu’il y énormément de petites marches de 20 cm de hauteur qu’une personne aurait pu utilisé comme escalier. Le troisième point est qu’il y a des formes qui sont impossibles à former juste avec des phénomènes d’érosions dues aux vagues. Quatrièmement il y dans le fond ce qui ressemble à une route avec quasi aucun fragments de pierre, qui montre qu’il est peu probable que ce soit le fruit d’actions naturelles. Et le dernier point est le muret en pierre qui longe la route. »



La théorie de Kimura est que ce monument servait en partie de château et en partie de temple. En regardant un modèle à l’échelle assemblé par Kimura après plusieurs explorations du site par son équipe et lui-même, une ressemblance avec le château du 14° siècles d’Okinawa apparaît. Les similitudes avec le château japonais de Nakagusku inclut des zones de marches avec de grandes terrasses plates ; une arche, qui peut représenté une porte d’entrée, localisé du côté Ouest du monument ; et plus profond, des trous inexplicables situés sur une autre section. Au sommet du monument il y a une entrée qui donne vers le bas qui ressemble à des tombes funéraires. Kimura nous dit que cela ressemble à ceux trouvés dans l’ancienne Corée et au Japon. Kimura aime expliqué qu’il y a des marches situées au côté nord du monument wich faces the shoreline. « L’action des vagues n’aurait pas pu formé le côté opposé du monument. » nous dit Kimura.


 Le géologue Masaki Kimura n'a pas fini de les faire bisquer en piétinant leur pré carré : il a aussi  découvert une curieuse pierre gravée, datée d'au moins 10.000 ans, qui présente des similitudes frappantes avec les tablettes de Churchward.
On y distingue un engin spatial de type OVNI, des spirales, une silhouette humaine filiforme et ce qui semble être des caractères, une écriture, d'après le prof Kimura. L'écriture de Mu ? Mais alors, Churward avait vu juste ? C'en a tout l'air.


Le même prof Kimura a daté les vestiges de Yonaguni. La structure sous-marine date d'au moins huit mille ans, mais elle pourrait même être antérieure : -12.000 selon Hancock. L'apparition de la civilisation de Mu, selon Churchward, remonterait à -60.000. Et sa destruction aurait eu lieu vers -25.000. Ainsi que le sera l'Atlantide, Mu a été engloutie par une catastrophe de grande ampleur, comme notre planète en a connu tant et tant dans le dernier million d'années On peu donc établir que la structure submergée de Yonaguni serai un vestige du continent Mu .





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire