Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

mardi 15 juillet 2014

Les Pyramides de bosnie



Près de la ville de Visoko, à 30 kilomètres au nord de Sarajevo, il y aurait une pyramide de pierre de taille monumentale, indique l'archéologue bosnien spécialiste de l'Amérique Latine, Semir Osmanagic, qui vit et travaille aux Etats-Unis. C'est sous l'impulsion d'un directeur de musée local, que des études du relief ont été faites près de Visoko, au nord ouest de Sarajevo.

Des pyramides de 12000 ans sous les collines de Bosnie!

Après plusieurs mois de recherche géologique et archéologique, Semir Osmanagic a conclu que sous la colline de Visocica se cache une pyramide, datant d'environ 12.000 ans. Semir Osmanagic, qui a intensivement fait des recherches sur des pyramides en Amériques, en Asie et en Afrique pendant 15 années, a écrit plusieurs livres sur le sujet. Il dit qu'il est tout à fait sûr d'avoir trouvé la première pyramide en Europe, et que celle-ci est tout à fait semblable à celles d'Amérique méridionale.

Sur le dessus "de la pyramide bosnienne du soleil" il y avait un temple, construit par des pré-Illyriens, un peuple ayant vécu, selon Osmanagic, il y a 27.000 ans. Osmanagic pense qu'il résoudra "la pyramide bosnienne du soleil" en cinq années, mais parle également de l'existence "de la pyramide bosnienne de la lune", se trouvant sous la colline voisine de Kriz.

Le principal journal bosnien "Dnevni Avaz" écrit au sujet de la pyramide: "la pyramide est haute de 100 mètres et évidemment elle contient des salles et un couloir monumental. Le plateau est établi par des blocs en pierre, qui indique la présence d'une civilisation fortement développée. Les excavations archéologiques près de la surface ont découvert une pièce avec un mur et des fragments divers ainsi que du ciment primitif. Aussi la "colline de Visocica ne pourrait pas avoir été formée par la nature!

M. Osmanagic affirme que les deux "constructions" présentent des similitudes frappantes avec les célèbres pyramides du Mexique, des paires représentant l'une soleil et l'autre la lune. Les géologues ont relevé des anomalies concernant la forme de collines de la région de Visoko. C'est pour cette raison qu'il a baptisé la colline de Visocica "La pyramide bosniaque du soleil". L'hypothèse avancée est que les anciens auraient utilisé une colline aux formes adéquates pour la recouvrir et la former avec des pavés faits de ciment.

Osmanagic pense que cette pyramide aurait été construite par les Illyriens qui occupaient les Balkans bien avant que les peuples Slaves ne conquièrent la zone (600 avant JC). Par ailleurs, on sait que la région de Vosoko est habitée depuis plus de 7000 ans.



M. Osmanagic, qui a publié un ouvrage sur ses recherches, estime que les ouvriers à l'origine de ces "constructions" ont taillé la colline en forme de pyramide avant de la recouvrir d'une sorte de béton primitif. La colline la plus grande sur laquelle les travaux ont été engagés, est haute d'environ 70 mètres. Sa base est un quadrilatère dont les côtés mesurent 220 mètres. Après la découverte en août, à l'aide d'une sonde, de "nombreuses anomalies du sol", à une profondeur de 17 mètres, il est revenu accompagné d'experts pour réaliser des recherches plus approfondies. Une géologue sur le site, Nadja Nukic, explique avoir été frappée par la découverte de trois couches d'une pierre inconnue, polie et brunâtre, placées à des distances égales les unes des autres. Le directeur du musée Visoko, Senad Hodovic, dit ne pas douter des hypothèses des chercheurs. "Ces pyramides sont évidemment l'œuvre d'une civilisation. Mais nous devons effectuer des analyses sérieuses pour démontrer par qui et quand elles ont été construites", déclare M. Hodovic. Il explique avoir lui aussi demandé en vain aux autorités de soutenir financièrement des recherches archéologiques à Visocica, endroit également connu pour avoir abrité une cité médiévale.

M. Osmanagic, qui a vécu pendant les quinze dernières années aux Etats-Unis, assure ne pas chercher la gloire. "Je veux seulement encourager les autorités à prendre au sérieux ce site qui pourrait devenir une attraction lucrative pour le pays", dit-il. M. Osmanagic affirme également que son équipe a découvert déjà les "voies d'accès" dans les deux "pyramides", recouvertes d'une couche de grès épaisse d'une dizaine de centimètres. Vraisemblablement attiré par l'odeur du profit, un homme d'affaires local a déjà acheté la plus grande partie du terrain où se trouvent "les entrées des pyramides".

Un géologue égyptien a visité le 17 mai 2006 le site de Visoko et ses premières conclusions vont vers la découverte d'une pyramide de type manufacturée et d’un d'âge incertain. Il a été envoyé par le gouvernement Égyptien pour se joindre aux recherches locales avec l'équipe d'archéologue amateur Bosniens dirigée par Semir Osmanagic. Selon l'expert Égyptien Aly Abd Barakat c'est un type de pyramide probablement primitive qui est passée inaperçue à travers les siècles. Il serait difficile à la nature de créer des blocs comme ceci et orientés dans un même sens" a déclaré A.Barakat aux journalistes présents sur les fouilles du côté du nord-est de la colline de Visocica, là où les plus gros blocs en pierre ont été trouvés. Il a ajouté que les couches de sable entre les blocs étaient constituées d'un même type de ciment artificiel utilisé également dans les pyramides égyptiennes. L’étude détaillée de A.Barakat permettra de déterminer l'âge des blocs excavés et le type de la matière employée.

Pendant les travaux dans le tunnel, les archéologues ont découvert récemment des monolithes énormes de grès avec quelques symboles gravés sur l'un d'entre eux. Ces symboles sont en forme de flèches et certains ressemblent également à la lettre "E". Ils étaient probablement des lettres d'un système antique d'écriture. Des représentations de ces symboles découverts dans les tunnels sous la colline de Visocica ont été envoyées pour d'autres analyses en Égypte. Un expert en lettres et les langues antiques devrait rejoindre une équipe d'experts égyptiens afin d'examinez ces symboles.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire