Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

mardi 15 juillet 2014

1608 Combats aériens entre Gênes et Marseille




En août 1608, entre Gênes (Italie) et Marseille (France), est observée une série de démonstrations et de combats aériens. Des gens en meurent de frayeur. S'ensuivent des pluies de sang tout le long de la côte jusqu'à Marseille. Le combat a lieu entre des apparitions volantes et d'autres ne faisant qu'émerger en partie de la mer au large de Gênes. Les soldats de la forteresse de cette ville tentent de disperser les intrus en tirant pas moins de 800 coups de canon contre eux. On interprète ces signes comme un avertissement de Dieu qui s'apprêterait à punir les hommes.

Le récit en provençal (dialecte français de dérivation néo-latine) est imprimé à Troyes, par Odart Aulmont rue de la Poissonnerie, Jouxte la copie Imprimée à Lyon, (vers 1608 ?); plaquette in-12, vélin souple moderne. 8 pp. - Canard de toute rareté, inconnu de Arbour, de Betz qui ne cite qu'une impression d'Odart Aulmont, publiée en 1624 en collaboration avec Chevillot, un livre de J. Rochette. L'événement relaté eut lieu en 1608. L'édition lyonnaise mentionnée au titre a probablement paru en 1608.

Corrard de Breban, p. 47-48, dit Odart Aulmont est mentionné sur les registres de l'état civil de Troyes dès 1616, et il y est déjà qualifié d'imprimeur et de libraire. Il était d'une famille de dominotiers de Troyes. Ce livret pourrait laisser penser que cet imprimeur exerçait déjà en 1608. Il est inconnu de Corrard de Bréban qui, lui aussi, ne cite que le livre de Rochette.- Manque à Socard. Biblioth. de Troyes.-

Caillet 3144 cite l'édition de Paris 1608. Ci-dessous une réédition, probablement plus récente car de meilleure facture (l'ornement en page de titre peut être retrouvé dans d'autres ouvrage de l'imprimeur Louis Perrin en 1875 Lagrange), de cette dernière.

TRADUCTION

Discours des terribles et épouvantables signes apparus sur la Mer de Gênes au commencement d'Août dernier avec les prodiges du sang qui est tombé du ciel, en pluie du côté de Nice et en plusieurs endroits de la Provence,

Ensemble l'apparition de 2 hommes en l'air lesquels se sont battus par plusieurs fois, sur l'île de Martigue qui est une ville sur la mer à 5 lieues de Marseille.

A Paris par Pierre Ménier, portier de la porte Saint Victor 1608.Jouxte la copie imprimée à Lyon.

TRADUCTION

Discours épouvantable des signes qui sont apparus sur la mer de Gennes, au commencement du mois d'août dernier de l'an 1608.

Les prodiges qui nous apparaissent sont sans doute des courriers et postillons célestes, nous prévenant des malheurs qui vont nous arriver, et semblant nous presser de courir aux remèdes des prières et des jeûnes afin d'apaiser la colère du grand Dieu, que nous offensons chaque jour.Les Romains dès qu'ils apercevaient des prodiges faisaient sacrifice aux Dieux pour apaiser leurs colères par des sacrifices et l'idolâtrie.

Et nous qui sommes Chrétiens nourris en une meilleure école nous devons présenter saintement nos cœurs  repentants, et humblement prier le Tout Puissant de nous pardonner nos fautes, et vouloir apaiser sa juste colère afin que les malheurs que la justice nous réserve soient détournés et chassés loin de nous par sa sainte miséricorde.

Au commencement du mois d'août de l'an 1608, sur la mer de Gênes, ont été vus les signes les plus horribles dont ont ait parlé ou écrit de mémoire d'homme. Les uns ressemblaient avait l'apparence humaines avec des bras semblant couverts d'écailles et tenant dans chacune de leur main 2 horribles serpents volants, qui leur entortillaient les bras, et ne paraissant que depuis le nombril, en haut hors de la mer et jetant des cris si horribles qu'il s'agissait de la chose la plus épouvantable, et plongeant parfois dans la mer, puis ressortant en d'autres endroits loin de là, hurlant des cris si épouvantables que plusieurs ont été malades de la peur qu'ils ont eu. Ils en voyaient qui ressemblaient à des femmes ; d'autres avaient des corps d'apparence humaine, couverts d'écailles, mais dont la tête était comme celle d'un dragon.

Depuis le 1er jour dudit mois ils ont été ordinairement vus à la grande frayeur de tous les Genevois. La seigneurie fit tirer quelques coups de canons pour tenter de les faire partir de ce lieu, et on leur tira dessus quelques 800 coups de canon, mais en vain, car ils n'en furent nullement effrayés. Les églises s'assemblèrent et, allant au véritable remède, firent de nombreuses processions et commandèrent le Jeûne. Les bons pères Capucins ordonnèrent les 40 heures pour tenter d'apaiser la colère de Dieu, avec leur salutaire remède.

Le 15 août apparurent sur ladite mer du port de Gennes 3 carrosses traînant chacune par 6 figures toutes en feu, ressemblant à des dragons. Les dits carrosses marchaient, l'un à l'opposé de l'autre, et étaient trainés par lesdits signes qui avaient toujours leurs serpents, en continuant leurs cris épouvantables et s'approchaient assez près de Gênes, tellement que les spectateurs, du moins la plus grande part, s'enfuirent effrayés, craignant les effets d'un tel prodige mais, ayant tourné 3 fois le long du port après avoir jeté des cris si puissants qu'ils faisaient retentir les montagnes des environs, ils se perdirent tous dans ladite mer, et depuis l'on n'en a vu ni su aucune nouvelle.

Ceci apporte grand dommage à plusieurs des citoyens de Gennes, les uns en étant morts de peur comme par exemple le fils du sieur Gasparino de Loro, ou le frère du seigneur Antonio Bagatelo. Plusieurs femmes en ont aussi été affectées et en ont eu telles frayeurs qu'elles en sont mortes. Depuis que l'on chante le Te Deum, ils se sont évanouis.

Depuis la côte de Nice et tout le côté de la Provence tant du côté de la mer que de la terre : on a vu pleuvoir du sang naturel qui courait et tâchait de rougir les feuilles et les fruits des arbres. A Toulon, la plupart des maisons étaient tachées dudit sang sur le toit, le pavé et l'Eglise paroissale dudit lieu à la sortie de la Messe fut vu pisser le cornet de véritable sang pur et naturel.

Le 18 août à Reillanne en présence de tout le peuple, on vit une telle pluie de sang que personne ne sortit de chez lui de peur d'être taché dudit sang qui s'égouttait des toits, ou qui tombait directement de la pluie. A Lambesc, le 20 août il plut du sang en telle quantité qu'il en coula tant le long des rues que l'on crut qu'ils avaient égorgé dans leur ville une infinité de personnes. Bref tout le long de la côte depuis Nice, jusqu'à Marseille, il plut du sang en divers jours. Prodige certes qui n'est pas sans présager de grands effets.

D'autres choses également dignes de mémoire arrivèrent presque en même temps dans la ville de l'Ile de Martigue. Le 22 août apparurent 2 hommes en l'air, ayant chacun en main des armes et boucliers et se battant de telle sorte qu'ils effrayèrent les spectateurs et après s'être longuement battus se reposèrent un moment, puis retournèrent se battre, et leur combat dura 2 h.

Le 20 août ils combattirent à pied et se chamaillèrent à un point que l'on aurait dit des forgerons battant sur l'enclume. Le lendemain ils étaient à cheval, et faisaient voltiger leurs chevaux comme des soldats, puis se chamaillèrent tant que l'on crût que l'un ou l'autre allait tomber. Le jour suivant certain dirent que chacun d'eux s'était emparé d'un boulevard, ou forteresse, et après avoir fait assez bonne figure l'un face à l'autre il y eut un bruit comme des coups de canon, si effroyable que les témoins crurent que c'était la fin du monde, puis ayant continué lesdits jours l'espace de 7 h, tout en un instant une épaisse nuée apparut dans le ciel et couvrit si obscurément que rien de 2 h ne parut que nuées et brouillards noirs, obscurcis sentant comme le salpêtre et après que l'air fut purifié on ne vit plus rien de toute ces chimères extravagantes.

Ces prodiges merveilleux ont touché l'âme de plusieurs chrétiens ayant considéré les merveilles du grand Dieu et sachant qu'il est seul puissant et que par sa bonté infinie il veut nous avertir avant que de nous envoyer le châtiment qui nous est dû, les uns se sont rendus religieux, les autres font pénitence, pour apaiser la colère de Dieu. Le saint Esprit les assiste dans cette bonne volonté.

Ainsi soit-il.



Au crépuscule du 5 août 1608, les niçois voient apparaître dans le ciel, 3 masses lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Les engins s'arrêtent au dessus de la forteresse. Ils descendent à 1 m de la surface de la mer, à faible vitesse. Les habitants peuvent examiner en détails les 3 engins.


  



Ces 2 personnages plongent dans l'eau jusqu'aux hanches. Leurs bras maintiennent à la verticale 2 tubes raccordés à la ceinture. Pendant 2 h les engins les engins restent pratiquement en cette position. Puis les êtres embarquent vers 22 h, les engins partent vers l'est, dans un bruit infernal, et disparaissent en quelques secondes.

Au matin du 22 août, les 3 engins se présentent à Gênes. Informé des événements souvenus à Nice 17 jours au parant, il déclenchent un violent tir d'artillerie sur les 3 vaisseaux. 800 boulets sont ainsi tirés, sans que les engins ne subissent de dommage. Après 1 h d'évolution au dessus des flot, un engin se détache du groupe et fonce sur la ville à une vitesse vertigineuse.

  



Une folle panique s'empare alors de la population, et l'on relève plusieurs morts et blessés après le passage de l'engin à la suite de piétinement, émotions ou radiations émises par le vaisseau. Les 3 vaisseaux se regroupent ensuite et disparaissent vers l'est à une vitesse vertigineuse.


Le 25 août 1608, dans le ciel de Martigues apparait un vaisseau spatial qui évolue durant une 1 h 30 au dessus de l'agglomération. 2 êtres sortent du vaisseau, évoluant autour de l'engin et semblant se livrer à un duel en plein ciel. Ce sera la dernière manifestation relaté par cet écrit dans la région méditerranéenne.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire