Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

mardi 15 juillet 2014

La Lumière D’Athéna


La genèse biblique comme la genèse sumérienne nous racontent une singulière et terrible histoire, la nôtre. Il y a tout lieu de croire qu'il ne s'agit pas d'une fiction.


 C'est triste à dire, nous sommes nés esclaves. Notre espèce aurait été créée pour pallier une pénurie de main d'œuvre. Les hommes, au moins. Pour les femmes, c'est encore pire. Des généticiens surdoués nous auraient programmés afin de nous faire aimer le travail auquel ils nous destinaient. Ils auraient même créé sept prototypes humains génétiquement adaptés à leur future tâche. Tout bien pesé, ce cher Aldous Huxley n'a rien inventé dans son Meilleur des mondes.

Ce meilleur des mondes, eugéniste et planifié, Huxley l'a pris pour le futur. Sait-on  jamais ? Si ça se trouve, c'est un terrible souvenir du passé. Voilà ce qu'on était, des hommes-machines, robot-boulot-dodo. "Bosse pour les Dieux, allez, bosse ! Tu verras comme ça fait du bien de t'échiner pour ceux que tu aimes !" ou dans la version  féminine : "Baise avec les dieux, allez… !" etc. Notre lignée s'est souvent fait manipuler, non par des dieux, mais par de mauvais maîtres qui se sont pris pour des dieux. Question : pourquoi les a-t-on laissé faire ?


Des pseudo-dieux qui sont tout à fait déconnectés de la Source telle qu'elle est vécue par exemple dans la tradition amérindienne ou shivaïte. Ce sont des barons d'industrie et de négoce, membres dévoyés d'une guilde intergalactique vouée au profit sans scrupule et à l'exploitation des planètes sauvages. Ce qui fut le cas chez nous. Et c'est pour mettre la Terre en valeur qu'ils nous ont fabriqués à la chaîne dans leurs couveuses high-tech.

 Nous sommes nés pour travailler dur ! Après tout, quelle importance ? Athéna ne nous a-t-elle pas donné de quoi jubiler, dans cette vie et à jamais ? Une âme éternelle !! En effet, quand Prométhée façonne le premier homme dans l'argile, il le fait à son image et à sa ressemblance, mais il ne lui donne pas d'âme, car il n'a besoin que d'une bête de somme. Mais Athéna, bonne fille, s'interpose : "Donne-lui quand même une âme," dit la déesse. On lui doit une fière chandelle.

 Si Athéna n'était pas intervenue, nous serions restés des simili-singes. Elle a eu pitié de la créature fragile et sensible créée par Prométhée. Elle nous fit don d'une âme divine, une graine qu'il nous appartient de faire germer ou d'étouffer faute de soins. Grâce à Athéna la Grande Déesse, nous sommes des dieux en puissance. Nous avons dans la poche notre ticket pour la vie éternelle, à nous de prendre le bon train. Ceux d'entre nous qui y consacrent leurs efforts sur ce plan ne connaîtront jamais la mort.

 Ce cadeau sans prix, ce don sublime, nous le devons à la Grande Déesse, Isis, Athéna, Kwaï-Ling ou plutôt leur modèle original sumérien, Ninhursag. L'infirmière en chef. Elle n'était pas la plus haute dans la hiérarchie des petits dieux qui nous ont créés, mais elle avait du cœur. Son cœur nous a donné une âme. Qu'elle en soit louée. Sa lumière, si nous le voulons, peut nous donner l'esprit parfait. Certes, c'est bien Enki/Prométhée qui nous a créé dans l'argile de l'ADN.

Mais grâce à une divine manip, Ninhursag la Guérisseuse fit du singe un éclat de lumière. Nous l'avons gardé jusqu'à ce jour. Certains d'entre nous s'arrangent pour qu'il brille fort. D'autres préfèrent cultiver leur côté singe... ou serpent. 

 «L'homme primitif ou Adam fut créé ainsi, un hybride mammifère-reptile. La Genèse affirme que l'image de Dieu fut imposée dans l'argile, la matière génétique de base, la matière même des tablettes sumériennes. L'essence de Dieu est mélangée avec l'argile malléable de la terre pour créer l'homme singe. Dans les contes cunéiformes, l'argile est mélangée à l'essence des dieux et avec cette création, ils "introduisent l'image des dieux". Dans les deux cas, il faut observer que l'homme est créé à l'image de son dieu. »  Or un Homo Sapiens était sur Terre depuis des centaines de milliers d'années :Neandertal.

L'homme de Neandertal est le résultat probable d'un lent processus d'évolution, du moins selon la théorie qui prévaut actuellement. Elle le décrit ainsi : issu des grands singes anthropoïdes, le Neandertalien est fort et résistant, adapté aux rigueurs de l'âge de glace, mais d'une intelligence trop frustre, et non domesticable. On peut imaginer que ses gènes aient été utilisés par Enki. Mais on peut aussi imaginer qu'il a utilisé plusieurs gènes, dont ceux du porc. On peut trouver une confirmation de cette thèse dans l'épopée de Gilgamesh.

On y voit un homme sauvage, Enkidou, qui se nourrit d'herbe et vit parmi les animaux. Au contact de Gilgamesh, le sauvage se civilise et devient son compagnon d'aventure. Ninhursag a créé Enkidou à partir d'une autre souche de mammifères. Se pourrait-il que les Neandertaliens viennent de cette souche très proche de la nôtre ? Quand Enkidou meurt, son ami Gilgamesh est inconsolable. Ainsi ont fini les Neandertaliens il y a une soixantaine de millénaires...

 Cette fois encore, le mythe aurait romancé une réalité bien palpable : le matériel génétique Neandertalien aurait servi de base aux scientifiques reptiliens pour créér l'Homo Sapiens Sapiens.

 La Genèse est très précise sur ce point : «Faisons l'homme à notre image, comme à notre ressemblance» Adam fut donc créé à la fois à l'image - ouselem en hébreux - et la ressemblance - ou dmut en hébreux - de son créateur. L'usage des deux termes dans le texte biblique ne voulait laisser aucun doute sur le fait que l'homme est semblable aux dieux. C'est cette ressemblance, ou son absence, qui est à la base de plusieurs des réprimandes de la Bible et aussi, d'abord, de la littérature sumérienne, qui est son modèle.

 Plus tard, quand la reproduction par clonage, sous contrôle des généticiens sauriens, fut abandonnée au profit de la reproduction naturelle, les caractéristiques reptiliennes s'éliminèrent graduellement et les humains développèrent ainsi, de plus en plus, leurs caractéristiques actuelles. Les gènes des mammifères dominèrent les gènes reptiliens et l'homme devint plus humain, ressemblant moins à dieu. Cela explique la nature « pécheresse » et la « chute » de l'homme.

 Le péché originel de l'homme serait d'avoir dévié de son origine reptilienne, d'avoir perdu sa ressemblance avec Dieu le Saurien. Cela explique aussi pourquoi il fut interdit à nos ancêtres de reproduire toute image de Dieu. Certains versets des Saintes Écritures confirment le fait que des manips biologiques ont pris place sur la Terre et que certaines ont échappé à tout contrôle. Ces expériences furent l'oeuvre des Néfilim.


 « Les Néfilim ont adressé une pétition aux « plus hauts dieux » pour être agréés en tant que « dieux créateurs ». Le débat a été houleux. Finalement, après une éternité de pinaillages, ils ont obtenu ce statut ; mais au rang le plus bas de tous les « dieux créateurs » de l'Univers. Nous, les Cro-Magnon, sommes leur premier produit. La loi universelle leur a donné la responsabilité de « prendre soin de nous ». 



 L'ont-ils fait avec toute la conscience requise ? Faudra-t-il s'étonner si un jour, les Anounna ou leurs héritiers reviennent faire un tour par ici ? D'aucuns prétendent qu'ils n'en sont jamais partis. Ça se pourrait bien. Quand tu t'es donné du mal pendant des millénaires pour mettre au point une espèce viable, tu t'en occupes. Tu ne vas pas la laisser s'auto-détruire, ou perdre sa vocation première, qui est : boulot, boulot, toujours boulot. Un jour, les proprios vont tomber les masques.


 Ils vont venir réclamer leur dû. C'est à dire tout. Y compris nous. A moins que les Dieux supérieurs n'y mettent bon ordre ? En attendant, "aide-toi, le Ciel t 'aidera." D'ailleurs, grâce au don d'Athéna, nous avons de quoi tout recommencer sur de meilleures bases, et c'est aujourd'hui. Libre à nous de nous lamenter sur notre triste sort de fils de singe . 

Mais inversement, libre à nous de nous vouloir plus grand que nos vies. 

Libre à nous de laisser briller notre lumière intérieure jusqu'à ce qu'elle éclaire. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire