Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

mardi 15 juillet 2014

Dieux et Géants d'avant



Nos créateurs ne nous ont pas créés à partir de rien. Ils ont simplement modifié leur programme génétique pour en faire le nôtre, moins performant, moins durable.

Les réalisations des Premiers Hommes éveillèrent la jalousie de plusieurs divinités. " Il n'est pas bon que nos créatures puissent tout savoir, arguèrent ces dieux. Finiront-ils par devenir nos égaux, nous qui sommes leurs créateurs, nous qui savons et voyons tout ?… Doivent-ils être eux aussi des dieux ?" On voit ici à l'œuvre la jalousie des pseudo-dieux. C'est d'autant plus choquant qu'elle les fait apparaître comme des êtres mesquins et injustes, quand d'autres descriptions des dieux barbus nous les montrent emplis d'amour et de bienveillance.

Pacifistes, ils sont ennemis des effusions de sang et de l'agressivité ; civilisateurs, ils transmettent sciences et savoir-faire. Mais ils sont jaloux. Cette bizarrerie se retrouve dans la Bible, où Yahvé apparaît tantôt comme un dieu d'amour, tantôt comme un dieu jaloux. Nul n'est parfait. Sauf le dieu intérieur ! Les mythologies grecques , latines , égyptiennes , hindous ... donne une réponse. Il n'y a pas un seul dieu, il y en a toute une bande. Et même plusieurs bandes rivales qui se sont succédées aux manettes de la planète. Jalousies, coups d'état, castrations, crimes, et mesquineries en tous genres. Dieux voyous.



Prométhée donne aux hommes le feu intérieur de la connaissance, le feu qui vient du ciel et qui fait de l'homme l'égal des dieux. Traduisons leurs noms en français, ça n'en sera que plus clair. Les premiers dieux, Ciel et Terre, laissent la place à un de leur fils, Temps. Commence le règne des Titans. Les hommes sont des géants, ils vivent très longtemps. Puis Temps est détrôné par son fils, Dieu. C'est le déluge Universel. Commence ensuite le règne des Olympiens, ceux qui sont comme Zeus-Dieu. Un des ses neveux, Titan aussi, brillant généticien du nom de Prométhée,  qui utilise son ADN pour créer une espèce intelligente.



Mais Dieu est jaloux de l'invention de son neveu. Généticien lui aussi, il limite la durée de vie humaine à 150 ans. Athéna, clone de Dieu, modifie la souche humaine en y introduisant "une aptitude à la transcendance" : le feu intérieur. Ce feu, justement, que Prométhée, selon le mythe, vole à Dieu pour l'apporter aux hommes. En parlant de feu, on peut brûler une fière chandelle à la belle Athéna. Sans elle, nous n'aurions même pas d'âme… Enfin bref, il n'aura pas fallu moins de trois créateurs pour nous faire.


Nos ancêtres n'étaient sans doute pas des dieux, pas au sens que nous donnons aujourd'hui à ce mot. C'est tout simplement leur haute technologie, leurs pouvoirs magiques, qui les rendaient divins aux yeux des sauvages qui les entouraient. Quels sauvages ? Une nouvelle humanité, la nôtre, de petite taille, à vie brève, bien mieux adaptée aux nouvelles conditions de vie sur la planète des géants d'avant.  Nos créateurs étaient des hommes, certes hyper développés, mais des hommes quand même.

 Ils étaient des géants sur le plan intellectuel et scientifique, mais aussi des géants sur le plan spirituel. Ils étaient enfin des géants par la taille, puisqu'ils mesuraient plus de quatre mètres. C'est d'ailleurs leur grande taille qui les a finalement disqualifiés. Ils ont dû se résoudre à partir. Les dieux d'avant ont voulu que l'aventure humaine continue après eux. Les géants ont donc créé une petite humanité pour prendre la relève. Ils nous ont tout appris, ils nous ont transmis leur histoire par les mythes, et surtout ils ont laissé en certains endroits stratégiques des instructions scientifiques, la somme de leur énorme savoir sous forme de traités d'astronomie, de géométrie, d'architecture, de médecine, chaque science étant présentée dans son double aspect mental et sacré.

Les premiers Homo sapiens sapiens, nos ancêtres, avaient une attitude de crainte respectueuse à leur égard, les "dieux" ont abusé de leur position dominante pour se faire respecter et servir, c'est humain... Mais alors, si les dieux sont des hommes, à quoi ressemblaient-ils ? Tout d'abord, ils représentaient des races différentes. La tradition biblique comme la tradition maya nous disent qu'ils étaient sept, les sept Elohim ou les sept compagnons de Quetzalcoatl. Parmi eux, il y avait des Noirs d'Afrique, mais aussi des Blancs.

 Le Popol Vuh nous en donne même une description précise, suffisante pour en dresser le portrait-robot. Les dieux appartiennent à deux ethnies distinctes et qui ne se mélangent pas, les Blancs et les Noirs. Les Dieux Noirs d'Amérique sont de type négroïde et d'origine africaine. Les Dieux blancs sont de type européen, voire nordique. Si les Blancs sont plutôt des ingénieurs et des généticiens, les Noirs sont une caste de guerriers farouches et d'une grande noblesse, comme les Ksatriyas en Inde. Ils étaient élevés et entraînés pour l'art de la guerre, même si les jeunes Blancs y prenaient bien leur part eux aussi.




 Ces derniers avaient la peau ivoirine, les joues rouges, les cheveux blonds bouclés serrés, comme des locks rastas. Leurs yeux sont fins voire bridés ; l'iris est de couleur claire, jaune ou vert pâle. Leurs pommettes sont hautes et saillantes. Leur nez est en bec de vautour, c'est pourquoi on les appelait des serpents-vautours en Mésopotamie. Ils sont de haute stature, et même de véritables géants avec leur quelques 4 m de haut. On a retrouvé des squelettes de cette taille au Pérou, mais aucun scientifique ne l'a noté. On a trouvé aussi des crânes oblongs aux caractéristiques tout à fait singulières. Ces crânes n'ont pas seulement subi une déformation post-natale, ils n’appartiennent manifestement pas à une autre espèce. C'est donc une découverte majeure que la science, une fois de plus, dédaigne. Pourtant, et cela nous semble incompatible, ils se reproduisent avec des humaines. Sur le plan génétique, eux et nous sommes compatibles, apparemment. Ce qui n'aurait rien d'étonnant s'ils nous faits à partir de leur matériel génétique...
 Sur cette planète, à l'heure actuelle, sauf omission, il n'y a qu'une seule race d'Homo sapiens, la nôtre. Mais nous savons qu'il y en a eu d'autres dans le passé, comme les Néandertaliens. On a pensé longtemps qu'ils n'avaient pas pu se reproduire avec notre race, le contraire est maintenant admis et avéré. Pourquoi ne supposerait-on pas que d'autres races aient pu se croiser avec la nôtre ? Quoiqu'il en soit, tous ces traits font d'eux des hommes, non des dieux. Les textes premiers décrivent une race disparue, mais très humaine.

 Une race de géants musclés invincibles à la lutte, un peuple de surhommes aux cheveux de paille tressée, à la carnation ivoirine, aux joues toujours rouges, là où la peau est si fine que le sang se voit au travers. Pourtant, une particularité détonne, qui semble nettement moins banale pour des hommes : leur peau est décrite comme brillante, luminescente. A première vue, il n'y a pas d'explication à ce phénomène, mais souvenons-nous que nous avons affaire à des civilisés très développés, férus de hautes technologies.




Sans doute craignaient-ils le soleil, ce qui accrédite la thèse de l'Abzu ou du Sidhe, un monde sous nos pieds où ils auraient vécu... D'après l'épopée sumérienne des Anounna du Ki, toutes les planètes sont creuses et possèdent un monde intérieur, l'Abzu de Sumer ou le Sidhe des Tuatha, rebaptisé Agartha au siècle dernier. La lumière y vient soit d'un soleil intérieur, soit d'un éclairage artificiel à base d'énergie Vril. Les légendes affirment que l'énergie Vril de l'intra-monde est source d'une très grande longévité.


 Pourrait-elle aussi être la cause de cette curieuse fluorescence de la "peau d'endive" des dieux d'avant ? Dans l'album Ulysse, Lob et Pichard décrivent un passé très futuriste. Comme ils nous l'ont raconté, les Dieux Olympiens pilotent des avions, des fusées, des ovnis. Ils manient des armes laser, des boules de feu, des rayons de la mort. Ils se seraient même servis de la bombe atomique. Le voyant étasunien Edgar Cayce nous a raconté la même chose, non pas à propos des Olympiens, mais à propos des Atlantes. Preuve que ce sont les mêmes. Ou tout au moins des cousins germains...

 Car si les premiers dieux, les Titans, étaient pacifiques et civilisateurs, le deuxième gouvernement terrestre, celui des Olympiens, fut beaucoup moins paisible. L'âge d'or a cédé la place à l'âge d'argent, deux fois moins long, deux fois moins pur, deux fois moins brillant.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire