Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

dimanche 13 juillet 2014

L’Utsuro Bune


Le Japon à t-il connu une rencontre extraterrestre du troisième type au cours de la période Edo?
La période d’Edo au Japon de 1603 à 1867 fut un temps prospère pour le peuple japonais. Pour la plupart des historiens à l’époque, le Japon a été couper (presque) complètement du monde extérieur. Aucune négociation, les voyages, la migration et l’immigration se sont produit au cours du XX eme siècle. Un détachement total du monde et de tous ses habitants de leurs coutumes, des pratiques et des religions éloignés. Pour les Japonais, cet isolement leur a permis de vivre sans guerre et se concentrer plutôt sur leur culture, l’art et de l’état économique du pays.
Durant la période Edo, nous commençons à voir répandre le folklore japonais comme une traînée de poudre dans toute l’île. Peut-être que le produit de l’isolement leur ont permis de cultivé des histoires de type mythologique et légende un peu comme la période grecque finalement ! Mais les Ufologues ce posent une question à propos d’une histoire mystérieuse :
"Le Japon a t-il connu une rencontre extraterrestre du troisième type au cours de la période Edo?"



 

L’histoire de Utsuro-bune, ou le "vaisseau creux"


Durant l’année 1803, quelques pêcheurs du village côtier de Harasha-ka-Hama, qui est située sur la côte nord du Japon, étaient sur le point de se détendre d’une dure journée de travail, quand ils ont repéré quelque chose d’étrange venant vers le rivage. De loin, les hommes ont repéré ce qui semblait être un bateau bizarre. L’objet semblait être à la dérive sans but à travers l’océan Pacifique. Comme il a dérivé de plus en plus près du rivage, les hommes ont décidé de s’aventurer dans les eaux et l’examiner de plus près. Prudemment, mais plus intrigué, les pêcheurs glissent lentement vers l’objet que la marée rapprocha du rivage. Dès qu’ils étaient assez proches du "bateau", ils ont remarqué que ce n’était pas ordinaire.
Les hommes décidèrent rapidement d’inspecter ce navire étrange et le remorquer jusqu’au rivage. Avec un peu d’orientation, ils parviennent à faire glisser les trois à cinq mètres de large du vaisseau vers un endroit sûr sur la plage. Des gens étaient réunis autour, curieux de voir ce qui était à l’intérieur de ce navire étrange. Les hommes se sont rapidement encerclés et une inspection minutieuse des matériaux de construction commença. De ce qui est connu, la description de la partie supérieure de ce vaisseau ressemblait à du bois de bambou. Il semblait être très lisse et solide avec une couche de peinture rouge qui couvrait toute la partie supérieure. Toujours sur le dessus, des fenêtres de cristal qui leur a permis de scruter l’intérieur du navire Quant à la partie inférieure du navire, la légende rapporte qu’il soit construit à partir de plaques d’airain. Un design vraiment bizarre pour cette époque. Mais ce qui était plus bizarre était ce qui était à l’intérieur du navire. Les pêcheurs ont vu que l’intérieur était décoré par un texte inconnu et étrange. Le texte, plus comme des symboles géométriques, les pêcheurs japonais ce demandais bien, ce que tout ça voulaient bien dire? Et d’oû cela provenais?
Ces questions seront bientôt disparu à mesure que les hommes feront une découverte remarquable. A l’intérieur du navire, parmi les étranges hiéroglyphes il était assis une femme. Selon l’histoire, la femme était assez jeune et semblait n’avoir que dix-huit ou vingt ans. Elle a été décrit comme ayant des cheveux rouge feu et les sourcils très lisse et une très pâle couleur de peau. Les hommes ont remarqué que la femme à l’intérieur du navire était vêtus de vêtements qui ont été faits de tissus inconnus. Ils se sont rapidement rassemblés autour du bateau en regardant cette étrangère, elle est serrait sur elle une sorte de boîte allongée. La tenant serré contre sa poitrine. La femme se leva et les hommes bondirent en arrière. Là, en plein jour, la mystérieuse voyageuse émergea de la "cuve" et mis les pieds sur la rive nord du Japon.

La Visiteuse

Les hommes chantaient autour du mystérieux visiteur et ils ont immédiatement fait remarquer que non seulement elle ne leur ressemblait pas, mais elle parlait dans une langue inconnue. Elle a été décrite comme étant très sympathique et courtoise. Tant les pêcheurs et les visiteurs ont essayé de communiquer avec, mais ont constaté qu’il s’agissait d’un effort futile. De là les pêcheurs décidèrent de découvrir pourquoi la femme tenais sur la poitrine une boîte allongée si étroitement, comme si que le contenu de la boîte pourrait lui sauver la vie. Elle n’a jamais permis à personne de toucher la boîte et a été décrite comme suspectant quiconque qui l’interrogerait à ce sujet. Après avoir tenté de communiquer, les pêcheurs ont signalé que la femme, avait apparemment abandonné l’échange, et était remonté sur l’Utsuro-bune afin de battre en retraite dans les eaux froides qui la ramèneraient dans son monde.




           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire